Solitudes sur Loire, un poème || a poem

Sous le pas du pèlerin, elle dévore le quotidien,
de l’aube au crépuscule, elle s’invite dans la lumière,
pour nous offrir un abri, un chemin inattendu,
dans la lutte pour survivre face aux Hommes.

Sur l’autre rive, de l’autre côté de cette unique voie,
posé là, oublié de tous,
l’horizon ne semble jamais en venir à bout.

Suis-je vraiment seul? Visions? Est elle en train de me soustraire ma raison?
Ou bien est ce le monde qui se cache là, sous mon nez?
Non, c’est elle qui s’affiche fièrement dans la campagne française!

Sortis de nulle part, les curieux, les mains tendues, la font taire un instant.
Ce n’est pas une foule en fête qui saura l’apaiser
depuis toujours, solitude s’oublie dans la chaleur de l’amitié.

Under the pilgrim’s steps she devours the days,
from dawn to dusk, she shows up into the light,
to offer us a shelter, an unexpected path,
under the struggle for surviving in front of humans.

At the other bank, on the other side of this only way,
she lays here, forgotten by all,
the horizon seems unable to end.

Am I truly alone? Visions? Is she taking away my reason?
Or is it the world who is hiding there, just under my nose?
No, it is her who proudly reveals into the french countryside!

Appearing from nowhere, the curious, the open hands, make her silent for a while.
It is not a celebrating crowd which will be able to pacify it,
since always, solitude is forgotten by the heat of friendship.