A propos

Je me présente, je m’appelle Adrien, j’ai passé la trentaine et aujourd’hui, une nouvelle vie commence pour moi. Une vie d’artiste, de vagabond à la rencontre d’histoires, à la recherche de ceux qui discrètement portent les initiatives du changement, à la découverte des cultures qui font ce monde, une vie qui s’est doucement imposée à moi. Alors plutôt que vous érigez un CV en règle, je vais laisser exprimer l’artiste qui s’est déclaré à l’administration afin de me présenter, ainsi que de vous expliquer ce que vous trouverez sur ce site.

Le jeune diplômé en management que j’étais, signant son premier CDI juste avant la crise économique de 2008, se fond entre souvenirs et histoires entendues un peu partout sur la route ; ce jeune travailleur qui au bord de la misanthropie achetait un aller simple vers la Nouvelle-Zélande, espérant soigner son mal et réaliser un rêve qu’il n’avait jamais assumé, se rappelle à moi dans mon quotidien en France ; ce jeune homme aux cheveux brûlés par le soleil des terres australes, au cœur apaisé, de retour après deux années de voyage… je suis toujours sur ses traces, sûr que celui-ci n’a pas disparu pour toujours ; l’orphelin s’étranglant de sanglots lors de l’oraison funéraire de sa mère, celui-ci je le soigne encore; et enfin l’homme qui alla se cacher au fond de la forêt en Bosnie afin de faire son deuil et pour la première fois depuis longtemps, réellement réfléchir à l’avenir, les réponses se sont dessinées pour continuer à vivre en accord avec l’Homme qu’il a été et celui que je suis devenu.

La photographie, l’écriture, sont depuis longtemps mon quotidien, sans avoir pour autre but que documenter ma mémoire, immortaliser ces instants, ceux du voyage d’une vie, pour petit à petit devenir le but en soi, d’une vie de voyage. Aujourd’hui, cette énergie sera déployée autour de thématiques nées de mes expériences et réflexions telles que, les cultures agricoles, l’immuable et bien sûr, le voyage ; mais aussi de photos reportage en format de portrait, sur une ville, un pays, une coutume, une profession, un savoir-faire, un devoir de mémoire en somme sur notre époque.

C’est donc en tant que témoin que je m’engage. Et c’est avec le statut d’objecteur de conscience ou plutôt objecteur de croissance que je le fais; usant de mon droit de me retirer de la course, ne souhaitant ni gagner, ni perdre, mais juste vivre. Fuir toujours vers l’avant pour pouvoir vivre dans ce monde, mais sans en respecter les évangiles consumérisme. Fuir pour résister. Fuir pour apprendre une autre façon de vivre, non plus en conflit avec la nature, mais bien pour vivre en collaboration avec celle-ci.

Ma vie sur les routes tient dans un sac à dos, avec juste assez d’argent pour s’offrir une liberté. Les vergers seront toujours là pour me permettre d’aller toujours plus loin, mais c’est bien en tant photographe reporter que je compte vivre de mes voyages.

Des photos, des portraits du monde, sur les pratiques agricoles, sur la culture en général, sur tout ce qui me passionnera ou qui s’imposera à moi sur ma route ; mon journal de voyage relatant cette vie nomade à la merci de nos semblables, voilà ce que vous trouverez dans ce site entre book photo, blog et magazine sur les cultures du monde et les initiatives  pour un monde plus respectueux de son habitat, de la vie et des autres.

 

adrien miquel